L'esthétique Wes Anderson.

J’inaugure aujourd’hui mon premier article « étude de cas » et pas avec n’importe quel projet. Un projet qui m’a bien occupé cet automne : la réalisation d’un shooting food sur l’univers de Wes Anderson pour une franchise de pizzeria.

Mais commençons par le début. Ce printemps, vous avez pu découvrir sur mon blog une série de trois recettes inspirées des films de Wes Anderson, mon réalisateur fétiche. Moonrise Kingdom, la famille Tenenbaum et Incroyable Mr. Fox m’ont mené à créer toute une série de photos. Cette idée, je l’avais en tête depuis deux ans mais je ne trouvais jamais le temps de la réaliser. En janvier dernier, je me suis fait accompagner par une coach qui m’a appris à mieux gérer mon temps et à donc trouver de la place dans mon planning pour des projets plus personnels. Quelques semaines plus tard, je clôturais cette série de trois recettes, pour ma plus grande joie.

Ce projet a vraiment plu sur les réseaux sociaux et fin août j’ai été contactée par la société Giraudi qui avait beaucoup aimé mon interprétation de l’univers de Wes Anderson.

Shooting ambiance wes anderson

Le briefing.

Riccardo Giraudi a l’art de développer de très beaux concepts de restaurants comme Beefbar ou encore Anahi, implantés dans des grandes villes. Son tout dernier projet : Pizz’Aria, des pizzas cuites au feu de bois, avec des ingrédients de qualité, le tout dans l’univers de Wes Anderson, cher à Riccardo Giraudi. Notre goût commun a fait la rencontre !

Ma mission a été de réaliser deux shootings photos pour la communication de la marque : un lifestyle avec des modèles inspirés de l’univers des films et un axé produits avec l’esthétique visuelle si reconnaissable. Vous imaginez bien ma joie de pouvoir travailler sur un tel projet. Je savais que j’allais vraiment pouvoir me faire plaisir et aller un peu plus loin dans mon style d’images puisque j’ai shooté en studio.

esthétique wes anderson
Shooting ambiance wes anderson

Préparatifs.

La commande de visuels a été conséquente,  il était donc indispensable de préparer les deux shootings de façon méthodique. Pour la partie photos produits, chaque set a été dessiné en amont pour la validation des intentions. Cela représente beaucoup de travail, mais cette étape a été capitale. Cela m’a permis de sourcer les bons accessoires et de ne pas en acheter plus qu’il n’en fallait et à l’inverse de ne rien oublier. L’autre avantage : c’est que le jour J, je savais exactement comment faire mes mises en scène. Ce qui n’est pas négligeable lorsque l’on travaille en studio et que la mise en place des éclairages peut prendre un certain temps. 

Pour mon stylisme, j’ai travaillé avec une friperie de ma ville qui regorge de pépites des années 60 et 70. Emmaüs et Selency ont aussi été de bonnes adresses ! J’ai fabriqué quelques accessoires comme les clés des palaces dans The Grand Budapest Hôtel, les flacons « Air de panache », des fausses lettres ou encore des fonds à effet moulures. C’était super agréable, c’est une partie de mon travail que j’adore.

esthétique wes anderson

Le côté sympa de ce projet, c’est que je me suis replongée dans tous les films pour m’imprégner à 100% de l’univers. Et puis il y avait une sacrée nouveauté pour moi : un shooting plus mode avec modèles. On était loin de la food qui ne bouge pas ! Multi casquettes : j’ai géré le stylisme vêtements, le maquillage et la direction. Honnêtement, j’ai adoré ce challenge. Photographier des personnes qui savent poser facilite grandement la prise de vue, je suis vraiment satisfaite du rendu.

Mais là aussi, j’ai beaucoup planché pour tout préparer. J’ai réalisé pour chaque modèle un moodboard en triptyque pour poser l’univers du personnage, son attitude et bien sûr son costume. Je me suis fait tout mon scénario, j’avais presque l’impression de les connaître à la fin. Ce shooting s’est fait à Monaco, il ne fallait donc rien oublier et j’avais 6 modèles à habiller.

photographe culinaire
Shooting ambiance wes anderson

Pour la partie photos produits, j’ai travaillé sur trois coloris : le jaune d’or, le bleu parma grey et le rose Middleton. Cette palette m’a permis de couvrir un large panel des films de Wes Anderson. Pour l’éclairage, j’ai opté pour une lumière studio avec des ombres dures pour accentuer l’univers rétro. En post traitement, j’ai appliqué un grain à mes images pour leur donner un style cinématographique. L’ambiance était là et nous plonge totalement dans les années 60 avec cette esthétique des magazines de mode.

Je suis contente du résultat final de ce travail et de ma collaboration avec Pizz’Aria. Si vous souhaitez en voir plus, vous pouvez suivre l’instagram de la marque. Si vous avez des questions sur ce projet, n’hésitez pas à me les poser en commentaire. Je serai heureuse de pouvoir vous répondre.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.