Lifestyle

Coming out !

13 avril 2015

Whaoooo ! Avec un titre comme celui-ci, que vais-je bien pouvoir vous annoncer ?
Aujourd’hui j’ai pris la décision de partager ici avec vous quelque chose qui fait partie de ma vie depuis maintenant 6 ans… Je suis diabétique.

Je pense que beaucoup pourront être étonnés. Lorsqu’on parcourt ce blog, on remarque tout de suite les nombreuses recettes gourmandes que je propose.
Rose Sucre n’est pas un nom choisi au hasard : une couleur toujours présente chez moi et la gourmandise. L’addiction au sucre et aux jolies pâtisseries.
Je viens d’une famille épicurienne où le repas a toujours été très important. Je me souviens avec douceur des dimanches cocooning lorsque j’étais petite où mon père (pâtissier de formation) nous préparait sa délicieuse tarte aux pommes à la crème vanillée. Une de mes madeleines de Proust… Oui j’en ai plusieurs bien évidement !
Adolescente, je passais tous mes mois de Juillet dans les Gorges du Tarn avec ma cousine chez nos grands-parents. Le soir après le couvre feu, nous regagnions notre chambre et nous improvisions des pique-niques de dingues en jouant au mille bornes ( vous vous souvenez du mille bornes ?).
Et puis bien-sûr même adulte, j’ai conservé le doux rituel du goûter de 17h, à tremper religieusement mes chocos Prince dans mon thé ! Le sucre a toujours été un vrai plaisir et un réconfort. Un plaisir des yeux, un plaisir des papilles. Un réconfort pour les jours où on a besoin de plaisir !

 


Et puis en 2009 j’ai mis au monde ma petite fille. Pendant ma grossesse on m’a dépisté ce célèbre diabète gestationnel… Au vu de mes résultats, régime sec et insuline ont rythmés mes cinq derniers mois de grossesse. Les médecins ont été plutôt honnêtes en me préparant à l’idée que j’avais développé un vrai diabète et qu’il ne disparaîtrait pas après la naissance de ma fille.
2015, 6 ans que ma vie est un peu différente et que j’apprends à me sevrer du sucre. Car oui cet événement m’a fait prendre conscience que je suis une vraie accro.
Une nouvelle hygiène de vie, de nouvelles compensations pour essayer d’aller le plus loin possible en très bonne santé.

Mais alors que font toutes ces recettes sur mon blog ? Et bien j’avoue que lorsque je reçois amis ou famille, j’aime me mettre derrière les fourneaux et tenter des recettes qui me font de l’œil. Un moment de partage autour de la table où je fais une entorse à mon nouveau mode de vie. Un moment de partage avec vous où je mets en scène ces desserts sacrés !


Pourquoi vous parler de ceci aujourd’hui ? Pour celles et ceux qui me suivent sur Instagram, vous savez que je suis partie à New-York pendant 10 jours. Lorsqu’on est diabétique, les changements de rythmes, d’alimentation et le décalage horaire ne sont pas anodins. On a besoin de préparer un peu plus son voyage. Je me suis dit que peut-être parmi vous certains souffraient de la même maladie et que mes petites astuces et bonnes adresses pourraient vous être utiles.
Alors le temps de trier mes photos et je vous prépare un petit compte rendu de ce voyage formidable.

Je ne sais pas comment vous recevrez cette nouvelle mais je crois que ça m’aura fait du bien d’en parler ici. Je me sens parfois isolée avec mes prises de tête alimentaire. Et après tout pourquoi ne pas partager ici mes idées recettes à faible index glycérique ? Oui je vous l’accorde, dit comme ça ce n’est pas très sexy mais pourtant certaines recettes sont super gourmandes !


Et vous, vous vous battez aussi avec le sucre ?

You Might Also Like

3 Comments

  • Reply Sartem 14 avril 2015 at 12:45

    Je compatis à ces bouleversements alimentaires !
    je me suis battu contre les laitages, le gluten et tant d’autres choses ! Mais j’ai réintroduit petit à petit tous ces aliments dans mon alimentation : ) aujourd’hui sans plus de réaction allergique (merci NAET).
    Ce que je retiens des périodes « sans » c’est qu’il faut être créatif, chercher fouiller partout pour trouver des recettes adaptables. Au moment ou j’étais « sans » on commençait à voir arriver quelques produits sans gluten mais c’était bien pauvre. Il fallait ruser pour trouver des produits équivalents et passer outre les échecs culinaires !

    Le plus dur était la frustration de ne pas pouvoir manger comme les autres, de devoir aménager un repas spécial même chez les amis. C’était parfois gênant. Les écarts était trop cher payé d’un point de vue santé, je ne pouvait pas me le permettre comme toi tu le fais avec les douceurs !
    En tout cas je suis sortie de ma zone de confort culinaire et j’ai appris à cuisiner et pâtisser des produits originaux !
    Je suis toutefois bien contente que cette période soit derrière moi maintenant, c’est tellement plus simple et économique !!
    Courage à toi en tout cas.

    Sarah

  • Reply Potamedb 23 avril 2015 at 23:19

    Merci de partager cela avec nous. Je ne sais que trop bien qu’il peut parfois être difficile d’en parler.
    j’ai hâte de lire ton article. J’ai été diagnostiquée depuis 5 mois. Ce n’est déjà pas facile à gérer, et étant une personne qui bouge beaucoup, cela me fait un peu peur…

  • Reply RoseSucre 26 avril 2015 at 22:16

    Merci les filles pour vos messages <3

  • Leave a Reply